« Les Hommes et les Femmes du Service Public »
« AGIR ENSEMBLE POUR GAGNER….. »

Monsieur le Directeur de la Soregies
78 avenue Jacques Coeur
86700 POITIERS

Poitiers, 23 Février 2012

Copie : Inspection du Travail

Monsieur le Directeur,

A la suite de notre courrier du 3 février dernier dans lequel nous avons alerté la Direction sur la situation de danger dans laquelle se trouve l’Agent qui se rend seul en mission de coupure au domicile des particuliers, le CHSCT a été convoqué en réunion extraordinaire le 7 février 2012.

Au cours de cette réunion, ont été abordées les difficultés rencontrées par les Agents (agressions verbales et insultes), se rendant seuls effectuer ces coupures.

Cette situation présente incontestablement un caractère de danger grave et imminent.

Malgré l’attention attirée sur cette difficulté et sur cette situation de danger, il a été décidé par la Direction et l’organisation syndicale majoritaire la levée du droit d’alerte.

Nous tenons à faire part de notre contestation et de notre opposition quant à cette prise de décision et au fait qu’aucune mesure urgente n’ait été prise pour y remédier. Lire la suite »

Publicités

le 10/02/2012 à 05:00 par JBD

Après avoir saisi les parlementaires en début d’année, les Robins des Bois, qui militent pour « le droit à l’énergie », sont plus que jamais mobilisés pour agir contre les coupures de gaz et d’électricité.

Si le mouvement des Robins des Bois a fait ses premières interventions dans les années 1995, il s’est structuré à partir de 2004 avec une représentation forte en Gironde, en Normandie et dans le Grand Est.

Particulièrement actifs dans le Nord Franche-Comté, les Robins des Bois font office d’interface entre les différents groupes implantés dans l’Hexagone.

Des situations de détresse extrême

Faisant partie de ce collectif de militants, Pascal Tozzi (CGT) souligne que l’un des objectifs prioritaires des Robins des Bois est d’« obtenir une trêve hivernale pour ce qui concerne les coupures de gaz et coupures d’électricité, comme il existe une trêve hivernale pendant laquelle il n’y a pas d’expulsions possibles de locataires ».

Au-delà de cette revendication, les Robins des Bois agissent dès lors qu’on leur signale des cas de précarité énergétique qui sont souvent, pour ne pas dire dans la plupart des cas, des situations qui génèrent de la détresse extrême. « Nous avons été saisis par les voisins d’une jeune femme, qui non seulement n’avait plus de chauffage, mais qui prenait le risque d’allumer des dizaines de bougies pour essayer de faire monter la température dans son petit logement. Nous avons été alertés aussi pour une jeune femme qui, n’ayant pas de chauffage, avait dressé une petite tente dans son logement, espace réduit plus facile à réchauffer ». Lire la suite »

« Le droit d’accès et d’usage des énergies est un droit fondamental, nul ne peut en être privé pour cause de pauvreté, de misère, de précarité. »

LES FOURNISSEURS EDF, GdF Suez, Poweo, Direct Energie (etc…) DOIVENT STOPPER LES DEMANDES DE COUPURES D’ENERGIES à ERDF-GRDF

Alors que la France subit une période de froid, les coupures d’énergies dans les familles en état de précarité énergétique continuent, mettant en danger de mort celles-ci.

Faudra t’il attendre comme à la fin de l’année 2011, que la mort frappe dans les logements privés de chaleur et de lumière pour qu’enfin des décisions dignes, humaines et justes socialement soient prises par les pouvoirs publics, ce gouvernement, et les fournisseurs d’énergies.

Nous avons en notre possession un document attestant qu’EDF a donné des consignes pour que plus une coupure d’énergie ne soit effectuée entre le 2 et le 7 février sur l’ensemble du territoire National.

Nous y voyons au moins deux points qui renforcent ce que nous portons dans notre combat pour le droit fondamental sur l’accès et l’usage des énergies pour tous :

  • L’ensemble des fournisseurs EDF, GdF/Suez, POWEO, Direct Energie, peuvent décider de ne pas couper les familles en grande précarité énergétique. 

  • EDF, par ce document que les coupures existent bien , en hiver bien qu’elle porte dans le public l’idée que celles-ci ne sont pas effectuées dans une période qu’EDF situe entre le mois d’octobre au mois de Mars.

Nous alertons donc l’ensemble des pouvoirs publics pour :

  • que le décret sur la nouvelle tarification sociale paraisse immédiatement dans la période

  • que le gouvernement ordonne aux fournisseurs EDF, GdF/Suez, POWEO, Direct Energie de ne plus couper l’énergie comme elle sait le faire pour quelques jours et dans un premier temps jusqu’au 31 mars, jour de la fin de la période de non expulsion des locataires comme prévu dans la loi du 22 décembre 2011 votée au Sénat.

  • qu’une loi vienne garantir très vite, le droit d’accès et le droit fondamental d’usage du gaz et de l’électricité pour chaque citoyen, pour chaque famille dans ce pays

Nous soutenons sans ambiguïté, les salariés des énergies qui refusent d’effectuer des coupures d’énergies, et feront défendre leur droit de retrait pour mise en danger de la vie d’autrui, ou qui remettent la chaleur et la lumière dans les familles qui en sont privées

Les Robin des Bois et Mariannes des énergies, ainsi que tous celles et ceux qui sont à leurs côtés , travailleurs sociaux, membres d’associations, syndicalistes et permettent par ces actes de résistances et solidarité de combat que des milliers de familles ne descendent pas la dernière marche qui les conduira à la rue.

Audincourt le 6 février 2012.

DROIT A L’ENERGIE – STOP AUX COUPURES !

Régions Auvergne, Gironde, Nord Est, Normandie,

ASSOCIATION NATIONALE

 Objet : Alerte Précarité Energétique

A l’attention de l’ensemble des Groupes Parlementaires

Assemblée Nationale et Sénat,

Mesdames, Messieurs les Présidents de Groupes Parlementaires

Mesdames, Messieurs les Député(e)s


La
précarité énergétique est une question majeure, et prend plus d’importance encoreen ce moment, où l’hiver entre dans sa phase la plus meurtrière pour les sans logis, mais pas seulement.

Des privés d’emplois aux travailleurs pauvres, tous se mêlent au concert de la misère ambiante : les foyers dont les fins de mois deviennent difficiles sont de plus en plus nombreux.

Nous sommes, à ce jour, hélas, en capacité de témoigner de situations marquées par les conséquences de la privatisation d’EDF : elles vont du défaut d’information par obligation de recherche de fournisseur à l’impossibilité d’honorer ses factures faute de moyens financiers suffisants. Cela provoque la coupure, l’arrêt de la fourniture électrique.

De plus, les services sociaux sont débordés et ne peuvent, faute de moyens, faire face à la dégradation conséquente de la situation sociale d’une population de plus en plus précarisée.

Les responsables des Pôles Solidarités sont, la plupart du temps, «  compréhensifs » avec les membres de l’association qui donnent l’alerte pour des situations plus que sensibles. Pour autant nous sommes en mesure d’affirmer que les personnels manquent de formation sur les conséquences possibles d’absence de fourniture électrique. Lire la suite »

Ils militent pour le droit à l’énergie, redonnent des watts aux foyers précaires privés de courant. Les Robins des bois passent la vitesse supérieure. Réunie vendredi soir à Exincourt, l’association du Nord Est lance un appel pressant aux parlementaires. Elle réclame, à l’image des expulsions, une trêve des coupures de décembre à mars, un projet de loi afin de donner un coup d’arrêt à toute coupure énergétique pour raison de précarité.

Sont-ils des soldats de la solidarité ? « Disons plutôt qu’on fait valoir notre droit à la désobéissance civile ». Richard (prénom d’emprunt pour préserver son anonymat) est technicien Erdf. Et militant dans les rangs des Robins des Bois, association nationale Droit à l’énergie-stop aux coupures.

Éclairer les gens sur leurs droits

Lui et d’autres collègues de la maison bleue électricité ont pour mission de rétablir « en toute discrétion » le courant ou le gaz dans les foyers qui leur ont été signalés par l’association. « Dans les règles de la sécurité pour éviter que le client ne le fasse lui-même, provoque un flash et mette sa vie en danger. Je laisse un papier signé Robin des bois pour protéger le client, qu’on sache que ce n’est pas lui qui a opéré. C’est rétabli et c’est tout ce que le client a à savoir », dit-il. « On sort de l’anonymat en restant dans la clandestinité, ajoute volontiers Pascal Tozzi des Robins des Bois. Malgré la privatisation d’EDF, la notion de service public est une valeur qui perdure. L’énergie est un bien de première nécessité. Nous ne sommes pas là pour faire de l’assistanat mais pour éclairer les gens sur leurs droits ».

« Les coupures de courant ne frappent pas que les sans-emploi. Également les travailleurs pauvres. Pour peu qu’un seul salaire rentre à la baraque, ça ne suffit plus quand on a payé le loyer », insiste Nadia Barznica, la présidente Nord Est des Robins. Via son site sur le net, l’association a été sollicitée 45 fois par des foyers en détresse énergétique au cours des six derniers mois. Dont 18 en Alsace-Franche-Comté. Dès que l’impayé flirte avec les 200 euros, la menace de couper le compteur déboule dare-dare. Lire la suite »

Montbéliard. Et comment ça se passe quand vous remettez le courant chez les gens ? Réponse : « Ça se passe, c’est tout. » Les Robins des bois sont avares de paroles quand il s’agit d’expliquer comment les pauvres gens retrouvent la fée électricité ou du gaz pour la cuisinière et la chaudière.

Un agent ERDF du Doubs a accepté de s’épancher. Pas de nom, pas de prénom, pas de visage. En théorie, s’il était pris la main dans le sac, il risquerait son job. En pratique, il confesse que la hiérarchie n’est pas tout à fait insensible à la situation des trois millions de Français « en situation de précarité énergétique », l’expression du moment.

« Les coupures font désormais l’objet de tournées dédiées. Il nous arrive d’en faire douze par demi-journée. On a tout de même obtenu que ce ne soit pas le même agent plusieurs jours de suite. J’ai des collègues qui ont pété les plombs », détaille-t-il.

Ordonnée par le fournisseur, la coupure est exécutée par le distributeur, ERDF ou GRDF, qui doit ensuite rendre des comptes aux gros clients que sont EDF, GDF Suez et consorts. Mais les agents de terrain peuvent feinter. Exemple : « Si le client n’est pas chez lui, une autre équipe doit revenir pour couper au poteau. Je dis alors au client : ‘’Vous ne m’avez pas vu’’ et je lui laisse un avis de passage pour coupure. Ce qui lui laisse quelques jours pour réunir l’argent et payer. »

« C’est déjà arrivé à Pontarlier »

En cas de coupure et uniquement à la demande de l’association, qui apprécie le degré d’urgence, le Franc-Comtois se transforme en Robin des bois. « Je rebranche en fin de journée, après mon service. Attention ! Je fais ça dans les règles de l’art. J’interviens avec un casque, la visière baissée, et des gants spéciaux. Les clients qui essayeraient de bidouiller le compteur risquent de se prendre un flash, c’est déjà arrivé à Pontarlier. Avant de partir, j’appose un autocollant des Robins des bois sur le compteur. Comme ça, le client ne peut pas être inquiété. Ensuite, le travail de l’association continue. Car le client devra payer ce qu’il a consommé. Il faudra donc l’aider, par exemple, à négocier un échéancier. »

Comme « une soixantaine » d’agents l’année dernière en Alsace et Franche-Comté, l’électricien-gazier doubien a déjà été agressé ; agressions qui ne sont pas toujours le fait de personnes coupées. « Les agences ont toutes fermé ou presque, les gens poireautent pendant de longues minutes au téléphone, n’ont jamais la même personne et il leur faut des jours pour avoir un technicien. Alors, quand celui-ci se présente, il prend pour tout le système. »

C’est cette « déshumanisation totale du service public de l’énergie » que les Robins des bois veulent contrecarrer à l’occasion des échéances de 2012.

D. Bst

Source

L’association, qui a son siège dans le Doubs, peut compter sur un réseau d’agents. Photo d’archives ER

Montbéliard. Un agent ERDF de Besançon interviewé par une équipe de France 2. À l’écran, son visage apparaîtra flouté. L’agent est un « Robin des bois ». Il rétablit le gaz ou l’électricité dans les foyers qui n’ont pas l’argent pour régler les factures. Le technicien agit à la demande de l’association « Droit à l’énergie – Stop aux coupures ! », plus connue sous le nom du brigand au grand cœur. Sa branche Est est l’une des plus actives du pays. Elle est même la seule à disposer d’un site (www.lesrobinsdesbois.wordpress.com). Résultat : « Les demandes arrivent de toute la France », explique Nadia Barznica.

La présidente des Robins pour les régions du quart Nord-Est ne requiert pas l’anonymat. Elle n’est salariée d’aucune société travaillant dans l’énergie et ne risque donc pas sa place. C’est sur son téléphone portable qu’échouent « les familles dans la merde (sic) », quarante-cinq en 2011. Peu à l’échelle de l’Hexagone, mais « quatre fois plus que l’année précédente ». Toutes n’ont pas nécessité l’intervention d’« un copain », comme disent les Robins. Comprendre : d’un agent ERDF-GRDF, en général encarté à la CGT. « En 2011, 70 % des cas ont été réglés sans intervention physique. » Quelques conseils élémentaires, comme contacter une assistante sociale, peuvent suffire à éviter une coupure. Dans la négative, l’association s’adresse aux pôles « solidarité » des deux grands fournisseurs d’énergie. « On prend une grosse voix et on menace de médiatiser. En général, ça fonctionne », poursuit Nadia Barznica. Lire la suite »