Articles Tagués ‘service public’

François Brottes vient de présenter les contours du projet de loi instaurant des tarifications progressives par paliers de consommation pour le gaz et l’électricité, progressivité qui pourrait être étendue à d’autres sources d’énergie (fioul, GPL, bois de chauffage) ainsi qu’à l’eau. Pour la CGT, l’accès de tous aux droits fondamentaux, dont l’eau et l’énergie, doit être garanti et organisé par la puissance publique tout comme doit être préservée et renforcée la tarification nationale et régulée. La CGT partage la préoccupation d’alléger la facture d’électricité et de gaz pour les ménages modestes et l’objectif d’économiser l’énergie. Mais il ne faut pas que ce dispositif soit l’occasion d’instaurer un prélèvement supplémentaire sur la consommation de gaz et d’électricité.

Sur la forme, nous regrettons l’élaboration d’un projet de loi sans que l’avis des associations de consommateurs et des organisations syndicales ait été préalablement recueilli. D’autre part, la multiplicité des critères à prendre en compte (climat, isolation du logement, nombre de personnes au foyer, situation des occupants …….), qui ne sont par ailleurs pas connus des énergéticiens, risque de conduire à instaurer un système extrêmement complexe et mettre à mal la péréquation tarifaire et les tarifs réglementés. Il n’est pas certain que la notion de foyer fiscal corresponde à la notion de ménages aux sens de l’abonnement au gaz ou à l’électricité. Il apparait de même dangereux de différencier le prix de l’énergie en fonction de la zone géographique. Veut-on en arriver à la situation que nous connaissons à propos des tarifs de l’eau ? Si le droit à l’énergie constitue un droit fondamental, alors l’accès égal à tous doit être garanti. Dans le cas inverse, c’est la notion même de service public qui est remise en cause. (suite…)

Publicités

le 10/02/2012 à 05:00 par JBD

Après avoir saisi les parlementaires en début d’année, les Robins des Bois, qui militent pour « le droit à l’énergie », sont plus que jamais mobilisés pour agir contre les coupures de gaz et d’électricité.

Si le mouvement des Robins des Bois a fait ses premières interventions dans les années 1995, il s’est structuré à partir de 2004 avec une représentation forte en Gironde, en Normandie et dans le Grand Est.

Particulièrement actifs dans le Nord Franche-Comté, les Robins des Bois font office d’interface entre les différents groupes implantés dans l’Hexagone.

Des situations de détresse extrême

Faisant partie de ce collectif de militants, Pascal Tozzi (CGT) souligne que l’un des objectifs prioritaires des Robins des Bois est d’« obtenir une trêve hivernale pour ce qui concerne les coupures de gaz et coupures d’électricité, comme il existe une trêve hivernale pendant laquelle il n’y a pas d’expulsions possibles de locataires ».

Au-delà de cette revendication, les Robins des Bois agissent dès lors qu’on leur signale des cas de précarité énergétique qui sont souvent, pour ne pas dire dans la plupart des cas, des situations qui génèrent de la détresse extrême. « Nous avons été saisis par les voisins d’une jeune femme, qui non seulement n’avait plus de chauffage, mais qui prenait le risque d’allumer des dizaines de bougies pour essayer de faire monter la température dans son petit logement. Nous avons été alertés aussi pour une jeune femme qui, n’ayant pas de chauffage, avait dressé une petite tente dans son logement, espace réduit plus facile à réchauffer ». (suite…)

L’énergie est un bien essentiel pour tous !

  • Nous considérons qu’être logé décemment, bénéficier de l’accès à l’eau et à l’énergie, pouvoir se nourrir, se vêtir est un droit, une obligation dans un pays développé comme le nôtre de même qu’avoir accès à la santé, à l’éducation, à la culture. Notre engagement et notre combat portent sur l’accès pour tous, y compris les foyers les plus démunis à ces besoins vitaux ou essentiels.
  • Sans énergie, est-il possible de vivre décemment ?

Nous constatons que des manques juridiques et techniques existent et obligent certaines familles à se mettre en danger quand elles ne peuvent plus s’acquitter de leurs factures de gaz ou d’électricité.

Qui sont les Robins des Bois ?

Nous sommes des militant(e)s issus d’associations, de syndicats et des citoyens qui avons fait le choix d’entrer en désobéissance civique.

Quelle est notre action ?

Nos interventions ont  pour objet de maintenir le gaz ou l’électricité en évitant la coupure, voire dans certains cas de ré-assurer la fourniture de ces énergies.

Nous avons identifié que les délais de mise en place du FSL (Fonds solidarité Logement), et de la procédure SME (Service Minimum Énergie) dont relèvent les gens en situation de précarité, ont été raccourci de moitié. A cause du volume de dossiers à traiter par les services sociaux et de la méconnaissance des démarches, la coupure est encore trop souvent inévitable, et ce après les lettres de relance des opérateurs qui sont aujourd’hui des entreprises privées, en rupture avec la notion de service public.

Comment procédons-nous ? Auprès de qui agissons-nous ?

L’ensemble des membres anonymes constitue un réseau. Celui-ci alerte le bureau de l’Association qui interpelle le fournisseur ou le distributeur d’énergie et agit le cas échéant en direction des élus et parlementaires locaux.

Nous intervenons simultanément auprès des pouvoirs publics comme le Préfet et le Procureur de la République, lors de la mise en danger de la vie d’autrui, lors de la présence d’enfants, de personnes âgées ou handicapé(e)s (Procédure CHRV, Client à Hauts Risques Vitaux)

Peut-être êtes-vous concernés, ou certains de vos proches, de vos voisins ? (suite…)